Vêtements traditionnels japonais

Le kimono, ce vêtement traditionnel japonais

kimono japonaisVêtement traditionnel japonais par excellence, le kimono fait partie de la culture nipponne aux yeux du monde entier. Son originalité a également séduit la mode occidentale qui n’a pas hésité à revisiter le kimono. Cette tenue reste néanmoins chargée d’histoire et de traditions.

Le kimono à travers le temps

kimono femmeNotre boutique présente une catégorie dédiée au kimono femme. Le mot kimono peut être traduit par « chose à revêtir ». À ses sources, ce mot désignait tous les habits sans distinction, mais avec l’arrivée de la mode occidentale, il est vite devenu un qualificatif pour le vêtement traditionnel japonais. Les Japonais, eux, l’appellent le wafuku. Autrefois, le wafuku était porté au quotidien et permettait de différencier les classes sociales. Aujourd’hui, les Japonais ne le portent que pour les grandes occasions, telles que la cérémonie du thé ou les mariages, à part les geishas et les prêtres shinto qui en font une tenue de travail.

Le kimono, tout un savoir-faire

kimono hommeRetrouvez toute notre sélection de kimono pour homme. La confection d’un kimono ne se fait pas n’importe comment. Il est fait à partir d’un seul tissu découpé en rectangles parallèles ou perpendiculaires aux côtés du tissu. Comme le kimono se transmettait autrefois de génération en génération, cette coupe et cet assemblage permettaient de le retailler facilement si besoin. Comme les bords restent droits après la coupe, le reste du tissu peut être utilisé pour autre chose. Si confectionner un wafuku est un art, le porter aussi en est un. Porté croisé, l’habit est maintenu fermé avec une ceinture, un Obi attaché à la taille et noué à l’arrière.

Ce vêtement se porte croisé, toujours avec le côté gauche qui rejoint le côté droit. Seuls les morts le portent côté droit sur côté gauche. Porter un kimono est un art qui se perpétue des parents aux enfants, mais aujourd’hui, des écoles spécialisées apprennent l’art de porter un wafuku dans toute sa splendeur.

Les différentes versions de kimono

Au Japon, les kimonos se déclinent en différents styles, à porter pour des évènements spécifiques. Le Yukata est une forme de kimono porté autrefois comme habit de bain ou habit de nuit par les aristocrates. Ce n’est que quelques années plus tard qu’il devient populaire auprès des classes moyennes, et est porté comme vêtement de tous les jours. Généralement en coton, il se porte surtout en été.

Porter un Yukata en public était très mal vu, mais ça a changé avec le temps vu le prix d’un wafuku. Aujourd’hui, il est porté lors des feux d’artifices et autres fêtes estivales. Si certains le portent sans rien dessous, d’autres n’oublient pas leurs sous-vêtements.
Le Jinbei, pour sa part, se compose d’un haut et d’un short ou d’un pantalon assorti. Il est généralement porté à la maison ou en guise de vêtement de nuit. Faite en coton, cette tenue peut aussi remplacer le Yukata pour les fêtes traditionnelles estivales. À la place du Obi, un cordon permet de maintenir le panneau intérieur et extérieur du haut.

Pensez à consulter nos différentes catégories dédiées aux kimonos sur la boutique Mikatani :

Les accessoires

Le kimono ne se porte pas seul. Le kimono de mariage pour une femme, par exemple, est constitué de plus de 17 éléments (sacs à main, éventails, sous-vêtements, etc.). Parmi ces accessoires, il y a le fundoshi, le sous-vêtement traditionnel pour homme. Autrefois fait uniquement avec du tissu haut de gamme, il était onéreux et permettait même de distinguer le rang social des guerriers morts sur le champ de bataille.

Plus tard, l’arrivée du fundoshi en coton en a fait un accessoire populaire. Pour ce qui est des chaussures, les Japonais ont le choix entre les Geta (sandales japonaises en bois de tous les jours généralement faites avec du paulownia ou du bois de cèdre), les Zori (plus plates et plus formelles que les Geta et faites à partir de fibres de plantes) et les Warabi (sandales faites en pailles de riz autrefois destinées aux samouraïs). Les sandales traditionnelles se portent avec des Tabi, des chaussettes japonaises avec un espace entre le gros orteil et le reste pour faciliter le port des sandales.

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares
0