culture japonaise,  Vêtements traditionnels japonais

Kimono japonais : vocabulaire et patron

kimono femme japonaisLe mot “kimono” est composé des deux idéogrammes kiru (着る) et mono (物) , ce qui signifie littéralement “chose que l’on porte”. Il provient d’un ancien vetement de l’époque d’Edo appelé kosode (“manches courtes” 小袖), qui comportait une petite couture qui fermait la manche au niveau du poignet. Le terme de kimono s’est substitué au terme kosode à la fin du XIXe siècle, et est utilisé a présent pour désigner globalement le vêtement japonais (wafuku 和服). Un kimono japonais peut se transmettre de génération en génération, en tant que véritable œuvre d’art.

Le patron du kimono, extrêmement simple, permet de ne pas gaspiller le tissu. Il est coupé dans un rouleau de tissu de 11 mètres de long, et 36 centimètres de large. Le patron est toujours identique, avec deux longueurs de tissu formant le corps et cousues dans le dos, deux manches dont la longueur varie, et une pièce pliée en deux pour l’encolure. Le kimono est un vêtement plat, coupé uniquement selon des lignes droites, contrairement aux vêtements occidentaux, qui épousent la forme du corps à l’aide de découpes et pinces. De taille unique, il peut s’adapter aux diverses morphologies. On règle sa longueur en faisant un pli plat au niveau de la taille, on croise le pan de devant gauche sur celui de droite pour l’adapter au tour de taille, et l’on ajuste une ceinture (obi).

Même si le patron est identique pour tout kimono, celui-ci a tout de même été sujet aux effets de mode, au moyen des choix de tissu, couleurs, motifs et techniques utilisés. Au XVIe siècle, un nouveau style de décor très riche apparait, alliant des techniques diverses comme la teinture au noeud, les broderies, l’ajout de feuilles d’or, et la peinture : “tsujigahana”. Ce n’est qu’au début du XVIIIe siècle qu’une plus grande liberté est donnée à l’artiste, avec la technique du yûzen zome (usage de réserves à la colle de riz et teinture au pinceau), qui permet d’être extrêmement précis. Il faut noter que le décor d’un kimono, au contraire du vêtement occidental, est toujours centré sur le dos. Des interdictions ont été proclamées vers 1615, réservant le port de la soie à la Cour, ainsi que certaines couleurs, très clairement répertoriées (l’impératrice était uniquement en blanc par exemple, et seules les jeunes femmes pouvaient porter des vêtements de couleurs vives). Encore actuellement, une femme portant des couleurs est considérée comme “sexy”, ce qui est donc déplacé à la fois pour les femmes mariées et les femmes agées.
patron kimono

Vocabulaire relatif au kimono

  • WAFUKU vêtements japonais : 和服
    YÔFUKU vêtements occidentaux : 洋服
  • KIMONO kimono : 着物
  • YUKATA kimono léger de coton (traduit littéralement par vêtement de bain) : 浴衣
  • JUBAN kimono de dessous : 襦袢
  • HAKAMA jupe-culotte : 袴
  • UCHIKAKE kimono de mariée : 打ち掛け
  • OBI ceinture de kimono : 帯
  • HANSODE manches courtes : 半袖
  • FURISODE manches longues : 振袖
  • NAGASODE manches longues : 長袖
  • SHINSHIFUKU vêtements pour homme : 紳士服
  • FUJINFUKU vêtements pour femme : 婦人服
  • KIRU porter (un vêtement) : 着る
  • KIGAERU se changer : 着替える
  • KIKAZARU s’habiller, se parer: きかざる
  • SAIHÔ couture : 裁縫
  • SHISHÛ broderie : 刺繍
  • ORIMONO tissu : 織物
  • KINU soie : 絹
    KINUORIMONO soierie : 絹織物

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares
0
Commencer...
Besoin d'aide ?
Bonjour
Puis je vous aider ?