Vêtements traditionnels japonais

Le kimono Yukata

Le yukata est un kimono de style décontracté idéal pour l’été comme ceux que nous vendons chez « Mikatani ». Plus simple que le kimono formel à plusieurs couches, il se compose d’un unique vêtement léger, sécurisé en attachant le côté gauche sur la droite. Cette page explore l’histoire du yukata et du kimono en général, des l’origine des vêtements chinois Han à leur renouveau qu’on observe aujourd’hui.

Origine du kimono

Le design des kimonos les plus anciens ont été fortement influencés par le Hanfu (vêtements chinois Han) suite a l’installation des ambassades japonaises en Chine. Ils sont d’abord devenus à la mode au Japon au cours du 8ème siècle et leur design sont devenus de plus en plus élaborés au cours de l’ère pacifique Heian (794 – 1192 après JC), avec des styles différents selon l’ âge, les rangs et occasions. Les femmes nobles durant l’ère Heian portaient le « junihitoe » constitué de douze couches fluides de kimono dont chaque couche a été soigneusement choisie pour parfaire la saison et l’occasion. Le yukata le moins encombrant était généralement porté après avoir pris un bain.
[ps_product_list id_product=4116]
Les guerres de la turbulente période de Kamakura (1185 – 1333 après J.-C.) ont entraîné un changement de priorités, avec une fonctionnalité qui passait avant l’ostentation. Les hommes de la nouvelle classe montante « samouraï » enfilent le Hitatare , une tenue relativement restreinte avec moins de couches et de plus petites manches tandis que les femmes de la noblesse portaient le même kosode blanc (robes japonaises de base) et les hakamas rouges (pantalon plissé) comme les sujets de rang inférieur qui les portent.
Jetez un oeil sur notre collection complète de Kimonos japonais.

La lutte de pouvoir en cours entre les classes impériales et samouraï pendant la période Muromachi (1392 – 1573 après JC) a coïncidé avec de nouveaux développements de la mode japonaise. Les femmes ont commencé à utiliser un obi, ceinture japonaise pour sécuriser leur kosode, et les hakama furent ensuite abandonnées au profit d’un vêtement extérieur monobloc qui a commencé à prendre des couleurs et des motifs. Le hitatare pour homme est devenu de plus en plus décoratif, bien que l’aspect pratique est resté la priorité absolue.

La montée du kimono

La fin de la guerre civile durant l’ère Azuchi-Momoyama (1573 à 1600) a été un moment crucial dans l’histoire des vêtements japonais. Le commerce fut reouvert et les artisans japonais ont commencé à s’intéresser aux techniques artistiques utilisées ailleurs dans le monde.

La période Edo (1603-1867 a vu le retour à la mode influencée par les styles chinois et une nouvelle esthétique plus riche fut née issu du désir de la classe marchande émergente d’obtenir de produits de qualité dans la vie. Aussi, les tissus crépon minces, les damas et les satins sont devenus fermement intégrés dans les répertoires des tisserands ainsi que de nouvelles techniques de teinture, d’impression et de broderie.

La classe des Samouraï au pouvoir a tenté de réprimer ces richesses en interdisant l’utilisation de techniques de teinture compliquées et de fils précieux. Cependant, l’introduction d’une nouvelle technique de teinture résistante appelée « yuzen » a permis à la classe marchande de contourner ce problème ce qui a a finalement ouvert les portes à toute une série de nouvelles techniques de teinture pour kimono dont beaucoup sont encore utilisés dans la fabrication des kimonos d’aujourd’hui.

En raison de la demande croissante des citadins et des acteurs ainsi que de l’imposition de nouvelles lois sous le Shogunate, l’évolution de l’industrie de la mode japonaise s’est accélérée. Les manches sont devenues plus longues et les ceintures plus larges et ce fut au milieu de l’ère Edo que la structure du kimono a atteint sa forme moderne. Le Yukata a connu une hausse de popularité sous l’influence de l’utilisation accrue des bains publics à cette époque.

Le déclin du Kimono

Les réformes imposées lors de la restauration de Meiji (1868 – 1912) ont entraîné des changements politiques, socio-économiques importants au Japon. L’occidentalisation a suscité un désir accru de confort et de nombreuses coutumes traditionnelles japonaises ont connu une chutte. Peu à peu, le yukata a remplacé le kimono comme vêtement quotidien de choix,bien que le kimono formel soit resté populaire parmi les Geisha, les interprètes et les lutteurs de sumo, et lors des occasions spéciales telles que les mariages, les festivals et les cérémonies de thé.

Peu à peu, les services dans les secteurs de l’éducation, des infrastructures et des services d’urgence ont commencé à adopter un uniforme de style occidental. Une série de catastrophes naturelles, financières et artificielles ont dévasté Shirokiya, le plus grand détaillant japonais, en commençant par le tremblement de terre de Tokyo de 1923 qui a été suivi de près par un incendie majeur cette année là. Le coup final est venu pendant la Seconde Guerre mondiale et l’occupation militaire subséquente du Japon qui a laissé les grands magasins en ruine.

Le démantèlement partiel et la reconstruction de l’industrie japonaise après la guerre ont forcé de nombreux artistes et artisans à travailler en usine et de une partie des arts et coutumes traditionnelles japonais a de nouveau été mis de côté pour faire place à la croissance industrielle. En 1940, le kokumin-fuku (uniforme de style occidental) a été déclaré obligatoire pour les hommes.
Voir notre catégorie de Kimono homme

Le Kimono d’aujourdhui

De nos jours, la grande majorité des Japonais portent des vêtements occidentaux. Cependant, le yukata a connu un regain à la fin des années 1990 et maintenant on peut souvent le voir dans les festivals et les feux d’artifice surtout pendant les mois chauds d’été. Les ventes de Kimono dans le district de Harajuku à la mode de Shibuya Ward à Tokyo ont explosé ces dernières années et de nombreux jeunes ont commencé à les associer avec des accessoires occidentaux pour faire une déclaration.

En 2014, une nouvelle tendance de cardigans de style kimono a captivé l’Occident stimulant en retour la demande en yukata. Cette tendance continue de dominer la mode des magasins de haute couture occidentaux jusqu’à ce jour. Pour plus d’informations sur le du passé turbulent du Yukata et des autres types de kimono, vous pouvez le livre à cinq chapitres de Katie Armstrong intitulé « History of Kimono ». Sinon, vous pouvez toujours faire un tour et admirer la gamme de yukata authentique de qualité chez Mikataniavec un service exceptionnel.
Des kimonos légers et gracieux sur notre catégories dédiée kimono en soie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0